Santé 

Myome utérin : Quand s’inquiéter ? Symptômes, chirurgie et traitement des fibromes dans l’utérus.

Mon myome utérin est-il dangereux ? Quels sont les symptômes les plus courants et les traitements les plus efficaces si vous découvrez que vous avez un fibrome ? Quand dois-je m’inquiéter et me faire opérer ? Peut-il également affecter les femmes enceintes ou ménopausées ? Voici toutes les réponses que vous cherchez sur cette pathologie assez courante !

Le myome utérin, aussi appelé fibrome utérin, est une tumeur bénigne qui consiste en une croissance anormale du muscle utérin ou de la composante fibro-connective. Il serait plus correct de définir comme fibrome le premier type et myome le second, mais ils sont couramment utilisés comme synonymes.

Le myome dans l’utérus n’est pas dangereux en soi et est la pathologie la plus courante chez les organes génitaux féminins, de sorte qu’environ 70 % des femmes sont considérées à risque. Seulement 0,5 % des fibromes peuvent se transformer en cancer. Malgré cela, les myomes utérins peuvent aussi causer de graves problèmes, du saignement à la douleur et aux problèmes de fertilité, et ne doivent pas être sous-estimés.

C’est une pathologie avec une forte prédisposition génétique : si les causes déclencheuses sont difficiles à connaître, il faut tenir compte de vos antécédents familiaux pour comprendre si vous êtes à risque ou non. L’obésité peut aussi être un facteur prédisposant.

Les myomes utérins se produisent généralement entre 45 et 55 ans, mais ils peuvent aussi se produire à l’âge de 35 ans : il existe différents types de myomes : ceux qu’on appelle  » subsérose « , qui se développent à la surface de l’utérus ; le  » intra-mural « , dans l’épaisseur de la paroi de l’utérus ; la  » sous-muqueuse », à l’intérieur de la cavité de l’utérus. Les premiers sont pour la plupart asymptomatiques, tandis que les seconds affectent l’endomètre, provoquant des symptômes plus évidents.

Découvrons ensemble quels sont ces symptômes, comme les traitements, quand une opération est nécessaire et ce qui se passe si vous avez un myome utérin à la ménopause et pendant la grossesse. Avant, cependant, cette vidéo vous aidera à mieux comprendre ce qu’est un fibrome :

Symptômes du myome dans l’utérus

Dans 30 % des cas, le myome de l’utérus ne présente aucun symptôme : ce sera le gynécologue qui, lors d’un simple contrôle, trouvera sa présence. Dans les 70 % des cas restants, cependant, elle peut même causer des douleurs très intenses dans la région pelvienne.

Il peut y avoir des phénomènes de dysménorrhée (douleurs menstruelles très sévères dues aux contractions continues de l’utérus qui tentent d’éliminer les fibromes) ou de métrorragie : perte de sang entre une menstruation et une autre. La ménorragie (flux menstruel très abondant) et la polyménorrhée (perte de sang irrégulière avant l’arrivée du cycle réel) sont également probables.

Les autres symptômes fréquents sont l’anémie, la sensation de gonflement et de fatigue, la douleur dans les zones sacrée et lombaire, la difficulté à uriner (ou le besoin d’uriner fréquemment), la douleur pendant les rapports sexuels, le gain de poids et les problèmes de constipation.

Le fibrome utérin est-il dangereux ? Quand s’inquiéter

Comme nous l’avons dit, le myome utérin est une tumeur bénigne et seul un très faible pourcentage peut évoluer en tumeur. Vous n’avez donc pas à vous inquiéter trop, même si vous voulez toujours garder vos fibromes sous contrôle. La gravité des symptômes dépend beaucoup de l’âge du patient, des attentes futures de la femme, du type de myome et de l’état clinique général. Ce sera donc une bonne idée d’évaluer chaque cas individuel.

En général, ce sont surtout les fibromes submuraux et les fibromes intra-muros qui posent plus de problèmes que les fibromes sous-sérieux, car ils tournent à l’intérieur de l’utérus. Très souvent, les femmes qui découvrent qu’elles ont un myome craignent de ne pas pouvoir tomber enceinte, mais ce n’est pas le cas : il y a très peu de cas où cette pathologie devient un obstacle à la conception !

Intervention et soins

Dans la plupart des cas, si vous avez un ou plusieurs myomes asymptomatiques et petits dans votre utérus, vous n’avez pas besoin d’une thérapie spécifique : vous n’avez besoin que d’un contrôle régulier par votre gynécologue. Par contre, si les fibromes sont plus gros ou s’il y a des symptômes plus ou moins douloureux, un traitement pharmacologique est recommandé.

Les médicaments qui sont généralement prescrits sont hormonaux et peuvent mener non seulement à l’élimination des symptômes, mais aussi du myome lui-même.

Si le fibrome ne répond pas aux médicaments, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire. On peut penser à une hystérectomie vaginale ou abdominale qui, en retirant l’utérus dans sa totalité ou partiellement, représente une solution définitive, mais pas toujours facile à accepter.

Moins invasive, cependant, est l’option de myomectomie, qui enlève le fibrome individuel, avec le risque qu’il puisse se reproduire. Une autre alternative est l’embolisation des artères utérines. Afin de pouvoir vous orienter vers la solution qui vous convient le mieux, parlez-en à votre médecin : il y a de nombreux facteurs personnels à prendre en considération pour un tel choix.

Myome utérin pendant la grossesse et la ménopause

Pendant la ménopause, le volume des fibromes tend à diminuer spontanément, entraînant une forte diminution des symptômes, voire leur disparition. Si vous avez un myome dans votre utérus, alors la ménopause n’est pas du tout une mauvaise nouvelle ! C’est parce que la croissance des myomes est étroitement liée à la production d’œstrogènes.

D’autre part, il n’est pas rare que des myomes se produisent dans l’utérus pendant la grossesse. Souvent, en effet, c’est lors des examens de gestation qu’ils sont vus, surtout s’ils sont asymptomatiques ! Si cette découverte peut conduire à une certaine anxiété, il n’y a pas lieu de s’inquiéter trop : l’incidence des fibromes pendant la grossesse ne dépasse pas 2,6 %.

Toute complication est liée à une augmentation possible de la taille du fibrome pendant la grossesse, ce qui pourrait entraîner des cas extrêmes de saignements, de douleurs et de problèmes fœtaux. L’important est de surveiller la situation à l’aide d’ultrasons et d’inspections gynécologiques, afin de pouvoir analyser le volume du fibrome, son développement et la composition cellulaire.

Sauf dans les cas les plus graves, la chirurgie est évitée et peut être reportée après la naissance de l’enfant. Si vous êtes enceinte, parcourez notre album : vous vous retrouverez dans les petits défis quotidiens auxquels une femme enceinte doit faire face !

Related posts

Leave a Comment